dimanche 10 février 2008

Bab' Aziz

Ba'Aziz ou le Prince qui contemplait son âme, réalisé par Nacer Kémir:

Bab'aziz est un conte qui retrace le parcours d'une enfant et de son grand père. Il s'agit du dernier voyage du vieil homme soufi. Il s'agit du parcours de la petite fille vers le soufisme.
Perdues dans un océan de sable, deux silhouettes cheminent : Ishtar, une petite fille pleine d'entrain, et son grand-père Bab'Aziz, un derviche aveugle. Elle le guide vers la grande réunion des derviches qui a lieu tous les trente ans, mais pour trouver cet endroit secret, il faut "écouter le silence infini du désert avec son coeur".


Le film pose de très vastes questions tout en restant très accessible à un public non initié. Le lien tissé entre l'enfant et le vieil homme est aussi celui de la transmission. Car les derviches sont de tous âges, femmes ou hommes.


Plusieurs récits s'entremêlent dans le film. Au présent de la quête s'ajoute le conte du vieil homme: il s'agit de l'histoire d'un Prince qui se lance à la poursuite d'une biche, se perd dans le désert, s'isole et devient derviche. Chant, danse, poésie: la présence au monde s'acquiert au prix de la patience et de l'écoute, et du renoncement.
Le film est resté un long moment dans les salles, ce qui est plutôt réjouissant. Je ne peux que conseiller le DVD et la magnifique bande annonce!
Un poème soufi pour finir, le Poème des papillons:
Les hommes sont comme trois papillons devant la flamme d'une bougie
Le premier s'en approche et dit:
"Moi je connais l'amour"
Le second vient effleurer la flamme de ses ailes dit
"Moi je connais la brûlure de l'amour"
Le troisième se jette au Coeur de la flamme et se consume
Lui seul connaît le véritable amour.

Aucun commentaire: