samedi 9 février 2008

rétrospective théâtrale février 2007 (1)

Le Misanthrope, mis en scène par Benoît Lambert, vu le 17 janvier 2007, à 19h30.

En sortant de cette pièce je repensais Molière. Tout simplement parce qu'on venait de me livrer un Alceste cassandre, un Alceste amoureux, un Alceste sensible, agaçant aussi par ses plaintes. Les rapports entre Philinte et Alceste étaint d'une grande justesse, le premier parlant peu, mais au moment opportun. Lambert nous montre qu'un misanthrope n'est pas nécessairement un homme bilieux, aigri, eet qui se prend de haine amère pour le monde entier. Alceste n'est pas un misanthrope amoureux mais un homme que l'amour rend misanthrope. Un peu comme nous tous ?

Aucun commentaire: