mardi 5 février 2008

Système scolaire...



Lexique khâgneux pour ceux qui viennent d'ailleurs et se sentiraient perdus :


Plaisanterie: Heidegger et sa moustache.


Un homme politique: De Gaulle.


Un mauvais président: Mitterand.


Une ville: Paris.


Poursuivre ses études: USA. Ecole de Commerce.


Une phrase fétiche: "Maintenant il faut être en Zep pour rentrer à Sciences Po!"


Une absurdité: l'intervention de l'état.


Une université: la Sorbonne.


Autonomie: Demander au prof de faire les fiches.


Si tu ne pars pas en vacances d'hiver on te demandera: "tu n'aimes pas le ski?"


Si un voyage est organisé pour ta classe tu entendras: "c'est trop cher, à ce prix là je préfère le faire tout seul!"


Si ton trajet est une heure de métro, pire de RER on te dira: "tu habites loin!"


Concours blanc: Il ne faut pas s'y fier. Ceux qui sont derrière toi seront devant toi (dans un autre pays, dans une école, etc) à la sortie pendant que tu seras sur les bancs de l'université.


Bien sûr tout cela est une caricature, car il ya plein de belles choses en khâgne. Rien de plus enrichissant intellectuellement. Rien de mieux pour avancer. Ceci dit, force est de constater que je ne m'y suis jamais sentie totalement à ma place. Il s'agissait presque d'un autre monde. Je n'ai cessé de regretter la simplicité de mon lycée, de mes camarades et de mes professeurs. J'ai rencontré des jeunes gens moins intelligents que d'autres mais dont le parcours social les conduisait de bon établissement en bon établissement pour arriver en hypokhâgne. J'ai appris ce mot en Terminale, pas avant. Si j'encourage ceux que je rencontre à faire une khâgne, c'est parce que beaucoup y ont leur place et qu'ils la laissent en pensant que ce n'est pas pour eux. Mais la réussite n'est pas une affaire de bourgeoisie. Il suffit de prendre sa place, et de rire comme je ris encore, de ce qui peut nous être étranger mais qui nous enrichit toujours.


Mais il faut être de bonne foi, terminons justement:


Ce qui me frappe toujours à l'université:
Un cours commence toujours dix minutes en retard...
Pour un examen, il faut arriver cinq minutes avant, garder son sac, son portable, et ne pas se soucier de sa carte d'étudiant...
On peut rendre un dossier trois semaines en retard...
Souvent, il manque une note ou deux dans l'ordinateur de l'administration...
On peut manger et boire en cours...
En début d'année, il faut penser à prendre les chaises et les tables avec soi...

Requêtes:

Les étudiants qui pensent désirent avoir les mêmes avantages que les étudiants qui paient.

Car, moi, quoique vous en disiez, j'ai de l'ambition.

Aucun commentaire: