vendredi 28 mars 2008

Maîtres et serviteurs, Pierre Michon


Avec le tryptique Maîtres et serviteurs, Pierre Michon nous entraîne avec sa belle et si juste écriture, si simple aussi, dans les vies de trois peintres contées par trois humbles voix. En trois brefs récits, il dessine toute la complexité du travail artistique. Faut-il s'en rassurer, l'art est aussi sérieux que vain, lourd que léger. Il reste ou il s'efface, sans nécessairement de justice. Hasard, rapports d'hommes, l'art foudroie une vie comme un grand amour. Et cette figure qui traverse alors toute une vie reste parfois, mais souvent redevient poussière comme nous. Pierre Michon ne peint pas trois portraits, ne dessine pas les visages. Il fait mieux: parle du mouvement qui anime ces trois figures, capte ces mouvements, ces appels qui font ou ne font pas le grand peintre. Une écriture qui vous emporte en un souffle, et vous impose le silence. D'une grâce intense. Pierre Michon dit mieux que tout long traité sur la peinture, ce que c'est que l'art. Il le donne à voir et à sentir.

Aucun commentaire: