dimanche 9 mars 2008

Printemps des poètes (3)

"Pour accueillir la lumière de ce soir, une lumière de fin de mai, bleuie de froid, je mets un disque, quelques airs de Mozart, puis je m'éloigne, je vais dans une autre pièce. Une fois que l'on a fait ce travail, il est juste de s'en aller, cela fait partie du travail, cela signe un travail accompli; laisser ensemble ceux que l'on a mis en rapport, laisser Mozart qui danse aux bras de la lumière qui meurt."

Christiant Bobin, Mozart et la pluie.

Aucun commentaire: