vendredi 2 mai 2008

Matins Guillevic

Certains vers de Guillevic de Possibles futurs font écho en nous, nous amènent très loin, ou très profond, au dedans de nous-mêmes.
Je ne m'aime pas
Mais à me voir t'aimer

Je me sens presque
Amant de moi-même.
Cela parle. Evidemment. Nous permet de jauger nos vies. Vers qui ramènent au début d'un amour. Vers qui cessent pourtant d'êtres nôtres, lorsque le sentiment grandit, on cesse d'être amant de soi-même, on travaille à sa santé, la tristesse devient un secret, on ne se voit plus aimer, on aime.
Le matin
ne paraît pas devoir

déboucher
sur midi.
Il promet
autre chose.
*
Le matin convient
Aux mollets nus
Des garçons et des filles.
Il n'y a pas vraiment de commentaire à apporter à l'évidence, si ce n'est l'acquiescement. Il y a en tout cas beaucoup de simplicité, beaucoup d'attention, beaucoup d'amour chez Guillevic.

Aucun commentaire: