lundi 20 février 2012

Affûts


@Lysiane Rakotoson.
La poésie de l'hiver sur les quais de Seine...

L’oreille précède le plus souvent l’œil dans sa tâche ardue et hardie. Puis vient l’habitat. Une fois le lieu saisi et l’oreille affinée, le regard se dénude, se concentre pour trouver un corps. Ils sont tous invisibles, insaisissables mais leur présence irradie. Même le silence sous leurs ailes est un signe. La géographie se borne ainsi de chants d’oiseaux. 

Il faut attendre et observer les moindres mouvements tout en gardant une vue assez large sur l’espace pour l’envisager correctement, traiter avec l’infime et les confins. Ce va et vient perpétuel entre le détail et l’ensemble permet que se produise parfois le miracle de la découverte. Ce qui se cachait se montre dans un creux ou à contre-jour. Rien n’apparaît, rien ne se donne sans mystère. Voilà comme la nature nous apprend simultanément l’érotique et la perte...

2 commentaires:

Robín a dit…

Un nombre parfait est tel que la somme de ses diviseurs, sauf lui mème, l´égale. En effet: 6=1*2*3 et 6=1+2+3
28=2*2*7, et les diviseurs de 28 sont donc: 1,2,4,7,14 et 28=1+2+4+7+14
Euclide -ce dessinateur plat- qui pusse avoir été poète, s´il n´eusse point cancré vers la mathématique, découvrit que la parfaititude des nombres est telle que:
Nombre parfait = (2^(n-1))*(2^n-1) (1) pour toutes les valeurs de n telles que 2^n-1 fusse un nombre premier, ce qui n´est point faux pour:
n=2 --> (2^1)*(2^2-1)--> 2*3 = 6
n=3 --> (2^2)*(2^3-1)--> 4*7 = 28
n=5 --> (2^4)*(2^5-1)-->16*31 = 496
....

Par ailleurs février est le mois número deux, actuellement, de l´année, et 2 est le premier nombre premier -quelle redondance!- et je crois que c´était le dernier mois de l´année dans l´antiquité gréco romaine (et donc, le 28 février était le dernier jour de l´année et n´en déplaise aux années bissextiles) dont on est las à la fin; de ce monde ancien.
Parfait anniversaire,et bise donc, que je partage d´ailleurs avec vous; mais je n´ose dire les parcours-de-la-Terre-autour-du-Soleil,de plus pour moi, pour presque rien à la fin.



(1):La notation: 2^n veut dire 2*2*...*2 n-1 fois; mais il y a bien n "2"; quelle que soit la valeur numérique que l´on voulusse donner à n.

Robín a dit…
Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.