dimanche 6 mai 2012

La force de la poésie (2)

La société actuelle ne laisse pas de place à la poésie. Elle préfère ménager les espaces gardés et sécurisés que sont les loisirs et les divertissements. Les hommes en viennent ainsi à désirer ces choses jusqu’à s’y asservir et à taxer la poésie de luxe. La poésie n’est pourtant pas en elle-même un luxe (son omniprésence y compris dans le désastre le prouve), mais le système nous fait croire qu’elle l’est.

Certains montrent la misère pour définir la poésie comme un art bourgeois. Faisant cela, ils nous signifient que la beauté n’est pour l’instant pas leur problème. Ils oublient que l’art est aussi vérité. Ils renvoient dos à dos l’action et la parole. Mais la poésie n’a pas à être efficace, elle est, tout simplement. 
Un poème ne sauvera jamais le monde, mais un poème peut sauver l’individu. Or, c’est le développement de l’individu comme être conscient qui permettra de fonder une véritable métamorphose du monde. La poésie ne transforme pas le monde, mais l’homme, et par là-même, son mode d’action. Elle n’est donc pas au-dessus du combat politique, elle est plus profonde que lui.

Aucun commentaire: