lundi 9 juillet 2012

Les nuées entrent en résistance

Que la ville puisse être un espace poétique, on n'en doute plus en 2012. Qu'elle puisse échapper aux pollutions sonores, visuelles, odorantes, nocturnes, c'est moins sûr.  Pourtant, pour peu qu'on habite au sixième étage d'un immeuble sans vis-à-vis, le ciel reprend ses droits tous les soirs avec des postures sans cesse plus variées.




Le ciel entre en résistance, donc, comme nos yeux. Période de vacances oblige, il faudra réussir à rester sourd aux appels des soldes, aux appels aux bons plans, au tourisme. La consommation change d'espace pour l'été, d'ici à là-bas, et pendant  ce temps-là, de belles choses se jouent au-dessus de nos têtes. Car, contrairement aux bêtises répétées par les journalistes et les vacanciers en colère (si, si, cela existe) nous sommes en été. Alors, plutôt que de s'accrocher à une vision fantasmée des saisons,  observons la nature, "nuage changeant qui est toujours et jamais le même" (Emerson).  C'est la pluie elle-même qui donne aux nuages ses couleurs les plus extraordinaires.




Les nuages, le ciel, espaces romantiques par excellence, restent, quand il fait encore jour, des sphères de liberté pour l'oeil.

Je vous conseillerai donc un petit ouvrage qui vaut bien un recueil de poésie : Le petit guide marabout des nuages. Celui-là, il peut rentrer dans le sac de voyage. Il permet d'observer, de reconnaître et de donner un nom aux nuages. 

Bien entendu, il n'est pas question de se limiter à une observation scientifique : le livre vous proposera de faire collection de nuages en notant ceux qui auraient croisé votre chemin. L'ouvrage fournit aussi quelques explications sur la formation des nuées, non sans poésie parfois comme en témoigne la description du "capuchon", le nuage qui couronne souvent le Mont-Blanc ou le dôme du Goûter: "Il lui arrive de se montrer plus extravagant, prenant la forme d'une capeline pour mariage huppé. "Les yeux grands ouverts, ils s'offrent à nous, aussi consistants que la vie, et se dissipant aussi vite qu'elle...





 Le Petit guide marabout des nuages, Gavin Pretor-Pinney, Marabout, 2010.



3 commentaires:

Marcel Trucmuche a dit…

Féérie
de la lune nimbée
de nuées
la nuit
et au-delà
explosant
lentement
gazs
rouges irisés violets invisibles
un pollen
essaime
autour de lui la vie

Sidération.

Lysiane Rakotoson a dit…

Quel beau texte! Un pollen extrait de ta ruche?

Marcel Trucmuche a dit…

Pas de ruche en ce jardin
ce pollen
n'est qu'une graine
soufflée, mue
par ta propre pensée
ô muse émue !

Piqué de poétique
je m'applique
à pratiquer
l'épique
que des parques impliquent
en d'éphémères nuées

diffuseur poétique
à ton usage unique
accepte ce plat retour
de tes envolées

sans détour
merci.