jeudi 17 janvier 2013

Nos poings sous la table


Ta robe bouge dans le vent
Voilà 
Le seul drapeau que j'aime

Garous Abdolmalekian est né à Téhréan en 1980. Après avoir publié son premier recueil à 23 ans, L'Oiseau Caché, il reçoit le prix du recueil de la jeune poésie iranienne pour les Couleurs fanées du monde. Bien que les poèmes d'Abdolmalekian soient déjà parus dans diverses revues, Nos poings sous la table est le premier recueil publié en France pour ce jeune auteur iranien. Les poèmes d'Abdolmalekian méritent lecture, au moins parce que la poésie iranienne est méconnue. Au moins parce que les jeunes auteurs sont rares. Au moins parce que ces textes reflètent la jeunesse du visage mais une vieille belle âme. Chaque poème confirme l'art de la chute et de la concentration de l'auteur, interpelle et frappe souvent un interlocuteur, qui peut être le lecteur.

Anonyme

Tu m'as touché à l'épaule
Pour secouer ma solitude

Ah! qu'est-ce qui t'amuse?
Secouer la neige
Des épaules d'un bonhomme de neige?

La force des images, bien plus qu'esthétique, permet d'évoquer avec légèreté la profondeur de notre vie. Aucune futilité dans ce jeu:

Jeu

Tu changes de jeu
Et tu te suspends à la corde
qui te servait de balançoire il y a des années

Nous sommes
La répétition de nos propres bribes
Comme toi, mon fils, sur la balançoire
Comme moi
Qui te balance
Pour oublier la corde.

L'image est d'autant plus féconde qu'elle évoque les angoisses, la condition humaine, la mort.

Esquisse  1

Même l'envol 
N'était plus le rêve de cet oiseau

Une à une il a arraché ses plumes
Pour que sur cet oreiller
Il puisse faire un autre rêve

 Je ne fais ici qu'effleurer la surface de ce profond recueil, dans lequel le poème est une clairière ouverte sur le réel.

Chaque mot 
n'est qu'un piéton qui passe

Peu importe lequel
Nous écrivons seulement sur les vitres embuées
Pour faire apparaître
La forêt par-delà la fenêtre.

Nos poings sous la table, Garous Abdolmalekian, éditions Bruno Doucey (édition bilingue), octobre 2012.

A consulter:

Présentation du poète (en anglais)
Persian Poetry review (blog en anglais)

1 commentaire:

Marcel Trucmuche a dit…

A n'en pas douter un futur très grand.

Une fois de plus merci de passer
les mots